Ammonite en nodule du Maroc (réf nam2)

59,99

1 en stock

Catégories : ,

Description

Sublime ammonites en nodule du Maroc.
Ensemble de deux pièces correspondant au même fossile.
Dimensions de l’ensemble fermé 12,9 cm sur 10,3 cm sur 4,3 cm.
Poids 0,906 kilo-grammes.
Pierre fracturé lors de son extraction et recollé au revers sur l’une des moitiés.
Une pièce unique. Photos contractuelles.

Les ammonites au sens large (Ammonoidea) forment une sous-classe éteinte des mollusques céphalopodes. Elles apparaissent dans le registre fossile durant le Dévonien et disparaissent peu après la crise Crétacé-Paléocène.
Elles se caractérisaient par une coquille univalve plus ou moins enroulée dont seule la dernière loge était occupée par l’animal, les autres loges servent à contrôler sa flottaison. Leurs fossiles sont considérés comme d’excellents marqueurs chronologiques. Leur taille va de quelques millimètres à plus de 2 mètres de diamètre.

Les ammonites au sens large (Ammonoidea) forment une sous-classe éteinte des mollusques céphalopodes.
Elles apparaissent dans le registre fossile durant le Dévonien et disparaissent peu après la crise Crétacé-Paléocène. Elles se caractérisaient par une coquille univalve plus ou moins enroulée dont seule la dernière loge était occupée par l’animal, les autres loges servent à contrôler sa flottaison. Leurs fossiles sont considérés comme d’excellents marqueurs chronologiques. Leur taille va de quelques millimètres à plus de 2 mètres de diamètre.

Les ammonites ont disparu il y a 65 millions d’années, c’est un type de mollusque marin préhistorique, elles ont eu une vaste existence de plus de 300 millions d’années.
Elles ont vécu de la période dévonienne à la fin du crétacé, lorsqu’elles ont disparu à la même époque que les dinosaures. Leur histoire est gravée sur toute la terre sous la forme de fossiles fascinants qui sont les anciennes coquilles que ces créatures ressemblant à des calamars ont laissé derrière elles.
Pendant le Moyen Âge, la croyance populaire dans le Yorkshire, au Royaume-Uni, voulait que les formes tourbillonnantes de fossiles d’ammonites soient en réalité des serpents qui avaient été transformés en pierre par Saint-Hilda.
Pour rendre cette légende plus crédible « et de cacher le fait que ces supposés (serpents) n’avaient aucune tête ni crâne », des artisans sculptaient une tête de serpent sur les fossiles d’ammonites et les vendaient ensuite aux pèlerins comme « preuve » du miracle.
Toutes ces légendes existent encore aujourd’hui dans l’Himalaya, où les ammonites sont appelées shaligrama.
Les populations hindoues vivant le long des vallées de Gandaki et de Spiti, en Inde et au Népal, utilisent le shaligrama comme symbole non anthropomorphe de Vishnu, qui est l’une des principales divinités de l’hindouisme.

Vous aimerez peut-être aussi…