Encrine (Crinoïds) de Merzouga Maroc de 37 cm

129,99

Rupture de stock

Catégories : , ,

Description

Superbe encrine (crinoïde) sur gangue de Merzouga au Maroc.
Dimensions 37,2 cm sur 24,8 cm sur 2,5 cm.
Poids total 2,920 kilo-grammes.
Une superbe pièce à exposer.
Support disponible dans la catégorie “Supports et Accessoires”.

Les Crinoïdes sont des animaux exclusivement marins, connus à l’état fossiles, mais dont de nombreuses espèces vivent encore actuellement. Aucune espèce n’est connue en milieu fluvial ou lacustre, ni dans le registre fossile, ni de nos jours.
Ils forment la classe des “Crinoïdea”, subdivision de l’embranchement des Echinodermes (Echinodermata) dont font également partie :
– les Cystoïdes, les Carpoïdes, les Blastoïdes, les Homalozoa, les Eocrinoïdes, les Ophiocistioïdes, les Edrioasteroïdes, les Helicoplacoïdes (classes éteintes) ainsi que les Echinoïdes (Oursins), les Ophiuroïdes (Ophiures), les Astéroïdes (Etoiles de mer) et les Holothuries (Concombres de mer).

Les premiers Crinoïdes connus sont datés de l’Ordovicien, à – 470 millions d’années.
Toutes les autres classes de l’embranchement des Echinodermes apparaissent plus ou moins à la même période, au Cambrien pour les plus anciens.

Les Crinoïdes doivent leur nom commun de “Lys de mer” à leur morphologie rappelant celle d’un végétal. Le nom Crinoïde vient du Grec “krinon = lys” et “eidos = forme”.
Les Crinoïdes sont composés en général d’une tige (ou pédoncule) et d’une couronne.
La tige est plus ou moins longue pouvant atteindre jusqu’à plusieurs mètres avec une racine permettant de se fixer au fond marin ou sur un autre support pour les espèces non sédentaires. Au bout de cette tige se trouve un calice muni d’un nombre variable de longs bras flexibles et parfois eux-mêmes ramifiés. Ces bras sont munis de pinnules (petits filaments).
L’ensemble «calice+bras» forme la couronne du Crinoïde.
Les tiges possèdent un squelette calcaire articulé composé de nombreux ossicules (les entroques) de forme circulaire ou pentagonale avec un canal central. Le sectionnement de la tige n’est pas mortel pour le Crinoïde si celui-ci parvient à se refixer sur un nouveau support.
Les Echinodermes en général ont une forte capacité de régénération et peuvent facilement reconstituer un bras perdu par exemple ( comme les étoiles de mer).
La tige est souvent la partie des Crinoïdes qui se fossilise le mieux.
La conservation d’une couronne complète ou même d’un spécimen complet reste donc peu commune. Ces échinodermes constituent des fossiles particulièrement esthétiques lorsque la couronne est conservée.
Ces animaux présentent une symétrie pentaradiaire comme pour la majorité des Echinodermes.
Sur environ 650 espèces de Crinoïdes recensés vivant encore de nos jours, les Comatules représentent la très grande majorité.

La plupart des Crinoïdes fossiles vivaient fixés au fond marin ou à des troncs flottants et dérivant au gré des courants par leur tige. Les Comatules sont des Crinoïdes particuliers qui n’ont pas de tige et se fixent au fond marin par des cirrhes à la base de leur calice et grâce auxquels ils peuvent se déplacer tandis que d’autres vivent en pleine eau et peuvent nager et se fixer à leur guise. Ils filtrent l’eau grâce à leurs bras et se nourrissent du plancton.
La majorité des Crinoïdes actuels sont des Comatules, mais pour ce qui concerne le registre fossile, les spécimens à tige sont beaucoup plus nombreux. Ils vivaient en colonies parfois très nombreuses dans les grands fonds marins. C’est pour cette raison qu’il est fréquent de trouver des spécimens associés, parfois même d’espèces différentes.
La couronne offre un abri à bon nombre de petits animaux (crevettes, ophiures, gastéropodes).

Vous aimerez peut-être aussi…